BIG DATA et santé

9 août 2017

big-data-et-sante-banniere-1.png


« BIG DATA » : le sujet est sur toutes les lèvres dès que l’on parle informatique ou nouvelles technologies. Cette tendance n’épargne pas le domaine de la santé, les conférences et magazines mettant systématiquement le concept à l’ordre du jour. Mais que recouvrent donc ces « données massives » ? Et surtout, quelles peuvent être les applications dans le domaine de la santé et de la recherche médicale ? On tente de faire un tour d’horizon…


 

Les Big Data, késako ?

 

Définition du Big Data

Le Big Data désigne un ensemble très volumineux de données qu’aucun outil classique de gestion de base (type Excel) ou d’information ne peut traiter. Selon la définition consacrée de Gartner, l’ensemble de données doit obéir à la règle des 3V pour être qualifié de « Big Data » :

  • 1er V pour Volume : l’ensemble contient un nombre très important de données, non traitable par un outil classique
  • 2nd V pour Variété : les données sont variées et proviennent de sources différentes, pas toujours structurées
  • 3ème V pour Vélocité : pour la vitesse forte à laquelle les données sont créés, collectées et partagées

 

L’explosion du Big Data

La digitalisation de notre quotidien a généré ces dernière années une création massive de données. En effet, chacune de nos « actions digitales » laisse une trace, qui est ensuite stockée dans une base. Facebook enregistre ce que vous « aimez » et le contenu que vous partagez, Amazon retient vos précédentes commandes et ce que vous regardez sur son site, les sites internet que vous consultez enregistrent votre parcours et les endroits où vous cliquez… Bref, toutes les actions en ligne ou sur des logiciels produisent des informations, des données qui sont ensuite stockées, et parfois exploitées.

 

Et cette masse de données est énorme. Bientôt, en 1 minute, le monde produira autant de données que ce que l’humanité a généré en 2000 ans… Chaque jour, nous créons 2 500 000 000 000 000 000 octets de données, de quoi remplir 2,5 milliards de clef USB de 1Go !

 

Le phénomène du Big Data est-il nouveau ?

Ce phénomène n’est pas nouveau en soit. Ce qui est récent, c’est l’explosion du nombre de données collectées.

En effet, la « data » existe depuis toujours. On a toujours recueilli des informations afin de les traiter à des fins de recherche, de statistique, pour trouver des tendances, etc. En revanche, le digital a entrainé une véritable explosion du nombre de données créées chaque jour et stockées.

Une seconde nouveauté également est le fait qu’elles soient à présent « facilement » exploitables grâce aux outils numériques. On ouvre la voie à de nouvelles disciplines et métiers.

 

Les défis du Big Data

On le dit souvent : « trop d’informations tuent l’information ». Le principal défi est donc le traitement de cette quantité énorme de données. Vient ensuite le défi de la fiabilité et de la sécurité des données, une autre paire de manches...

 

Actuellement, la nouveauté est donc le phénomène Big Data : création, stockage de données et de plus en plus traitement de celles-ci. Leur traitement va permettre l'émergence de l'intelligence artificielle, prochain grand bouleversement technologique et sociétal à venir... Un sujet que je traiterai prochainement sur ce blog :-) 

 

Les Big Data dans le domaine de la santé

 

Comme dans de nombreux autres domaines, les progrès technologiques ont fait exploser la quantité d’informations de santé recueillies quotidiennement. En effet, il est très simple de collecter des données et de les conserver avec tous les appareils de mesure et l’essor du génie biologique médical. Appareils d’imagerie, automates d’analyse biologique, appareil d’analyses des signaux ou de traitement des pathologies, etc. La majorité de ces outils sont pilotés par des ordinateurs et souvent connectés à des réseaux informatiques, stockant un nombre faramineux de données. Reste ensuite à les traiter !

Les objets de santé connectés, apparus plus récemment, participent également à cette création en masse de données. Ils génèrent des données facilement transmissibles et partageable : nombre de pas, alimentation, fréquence cardiaque, glycémie, etc. A noter, ces données sont le plus souvent stockées et gérées par des géants d’Internet, et non pas par des institutions liées à la santé… (Google, Apple, Facebook, etc.) Je reviendrai sur ce sujet dans un prochain article !

 

La France possède 260 bases de données publiques dans le domaine de la santé

Elles contiennent des données objectives et très exhaustives sur de larges populations. La base la plus riche que nous possédons en France sur la santé est le « SNIIRAM » : Système National d’Information Interrégimes de l’Assurance Maladie. Cette base enregistre tous les remboursements effectués par l’Assurance Maladie pour chaque cotisant pendant toute sa vie. Elle relève donc les médicaments achetés, les ambulances commandées, les examens biologiques, les consultations (dates + nom du professionnel), le type de maladie codé par le médecin, etc.  Si vous souhaitez en savoir plus sur cette incroyable base, je vous renvoie vers sa présentation, très bien ficelée : par ici.

 

Et la sécurité dans tout ça ?

La cybersécurité est un enjeu phare des Big Data, et tout spécialement quand elles croisent le chemin des données de santé. De nombreux protocoles ont donc été mis en place. En France, c’est le Code de la santé publique qui régit les données de santé et définit le cadre de leur protection juridique (confidentialité, droit d’accès et rectification par le patient, etc.). Les données médicales doivent être stockées par un hébergeur agréé « HADS » (Hébergeur Agréé de Données de Santé) par le Ministère de la santé (liste disponible ici). Ces hébergeurs garantissent une sécurité renforcée autour du stockage de ces données en mettant notamment en place un chiffrement des données, la traçabilité des accès et un système puissant d’authentification.

 

Les différentes applications des Big Data dans la santé

Bien exploitées et traitées, ces données sont une mine d’or et d’informations pour la santé publique et la recherche médicale. Elles permettent notamment de :

 

  1. Mieux prévenir et prendre en charge les maladies

En récoltant diverses données sur la population (habitudes de vie, localisation, données de santé), on peut plus aisément identifier des facteurs de risque pour certaines maladies comme le cancer, le diabète ou l’asthme. On peut alors développer des programmes de prévention, notamment à destination des population identifiées comme à risque.

 

        2. Vérifier l’efficacité d’un traitement

Notamment dans le cas des vaccins, on peut à présent relever et traiter des centaines de paramètres lors des essais cliniques.

 

       3. Prédire des épidémies

Sur une région donnée, on dispose de nombreuses informations sur l’état de santé des habitants et l’on peut ainsi repérer l’expansion d’une malade ou identifier des comportements à risque.

Depuis 1984, la France a développé le réseau Sentinelles qui suit plusieurs maladies infectieuses et alerte sur les épidémies. 1300 médecins généralistes et une centaine de pédiatres rapportent de façon hebdomadaires les cas observés pour 7 maladies transmissibles (diarrhée aiguë, maladie de Lyme, oreillons, syndromes grippaux, urétrite masculine, varicelle et zona) et les cas de suicide.

 

       4. Accompagner la recherche pharmaceutique et améliorer la pharmacovigilance

En traitant des bases telles que celle du SNIIRAM avec des données sur le long terme, on peut plus facilement rapprocher les traitements des problèmes de santé. C’est comme ça qu’on a pu étudier le risque d’infarctus du myocarde chez les femmes utilisant une pilule contraceptive de 3ème génération.

Et la liste peut encore s'allonger ! Les applications étant sûrement tout aussi infinies que l'amassement des données ;)

 

A son échelle MonDocteur.fr tente de fluidifier l'accès à la santé avec un algorithme de prise de rendez-vous déployé sur l'ensemble du territoire et en digitalisant le parcours de soin et le carnet de santé. Nous ne sommes pas sur de la Big Data, mais de nombreuses données sont crées, stockées et traitées dans le but de faciliter les échanges patient / médecin. 

 

Le sujet des Big Data vous intéresse ? Vous participez à des projets mêlant Big Data et Santé ? N'hésitez pas à en parler en commentaires :) A très vite !

 

Topics: News

Ecrit par Léa Joussaume

Responsable de la communication chez MonDocteur
Find me on: