Ordonnance médicale électronique : tout ce qu'il faut savoir

La fameuse ordonnance...

Faisant le pont entre médecin, patients et pharmacien, il est temps que ce bout de papier volatile se numérise. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Légale ? Adoptée des professionnels de santé ? Ou encore utopique ? On fait le point.

La prescription électronique : un concept encore brumeux

Ce qui semble certain, c’est qu’un certain flou règne autour de la pratique. Selon notre enquête menée en mars dernier sur près de 2000 patients et professionnels de santé, nombreux sont ceux qui doutent de sa légalité :

Ont répondu "Je ne sais pas" :

66% des patients
71% des professionnels de santé

Néanmoins, ils sont une majorité à être intéressés par sa dématérialisation : 53% des patients et 42% des professionnels de santé.

Les patients souhaiteraient bénéficier de ce service pour plusieurs raisons :

Eviter de perdre l’ordonnance (surtout dans le cas d’ordonnances courant sur un an avec renouvellements) ;
L’avoir toujours sur soi, directement dans son smartphone ;
Lisibilité de l’ordonnance médicale ;
Se souvenir des posologies.

L’ordonnance médicale électronique est-elle légale ?

--
Celle-ci est autorisée en France depuis la Loi du 13 août 2004. Si l’ordonnance médicale électronique est encore peu usitée, peut-être est-ce dû aux 3 conditions qu’elle doit remplir :

Le prescripteur doit clairement être identifié
Elle doit être « établie, transmise et conservée dans des conditions propres à garantir son intégrité et sa confidentialité »
Le médecin doit avoir fait l’examen clinique du patient
A l’instar de l’ordonnance numérique, l’achat de médicaments en ligne est une pratique encore très marginale chez les patients. Seulement 11% déclarent l’avoir déjà fait (source IPSOS), dont 5% pour des médicaments sur ordonnance.

L’ordonnance électronique dans la vie de tous les jours

--
Fonctionnement :
Le patient se rend chez son docteur

Celui-ci lui dépose une prescription électronique sur une base de données sécurisée et peut imprimer une « preuve de prescription électronique »

Le patient se rend chez le pharmacien et lui donne sa « preuve de prescription électronique »

Le pharmacien scanne le code-barre et peut ainsi télécharger la prescription électronique

Après avoir délivré les médicaments au patient, le pharmacien archive la prescription électronique afin que celle-ci ne puisse pas être exécutée une seconde fois

ordonnance-medicale-precription-electronique-infographie

A noter que depuis janvier 2017, seul le contenu de la prescription électronique permet d’obtenir des médicaments. Les ajouts manuscrits ne seront pas pris en compte par le pharmacien.

La preuve papier sera indispensable dans un premier temps pour que le pharmacien scanne le code barre. Les prochaines évolutions la feront disparaitre, facilitant encore davantage les échanges et permettant de faire de belles économies de papier ! Par exemple, si on regarde nos voisins américains, ils estiment leurs économies à 80 millions de dollars par an depuis qu’ils ont mis en place le dossier médical informatisé.

On s’y met ? :)

--
On s’y met très bientôt on espère ! Pour l'instant, quelques expérimentaitons ont lieu, par exemple dans les Haut-de-France, mais aucune généralisation n'a encore été actée...

En effet, le processus n'est pas encore tout à fait rodé, ce qu'a pointé du doigt l'UNPF (Union Nationale des Pharmacies de France) en refusant l'expérimentation en 2016.

En attendant la diffusion de la pratique, sachez que le service MonDocteur permet de partager des documents de façon sécurisée avec son patient (fonctionnalité carnet de santé en ligne). Les prescriptions électroniques peuvent transiter via ce service afin de rester toujours dans la poche de votre patient via son appli !

A bientôt :)