/ Decryptage /
/

Professionnels de santé, 6 choses qui vont changer pour vous en 2018

Un véritable marronnier en cette fin d’année 2017 : se préparer aux changements attendus pour le 1er janvier.

Et cette année n’y coupera pas, de nombreux changements sont à prévoir pour vous professionnels de santé, notamment suite au Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2018.

On fait le tour ! 😊

--

👉 Suppression du régime des indépendants

Le régime social des indépendants (RSI) va être progressivement supprimé et rattaché au régime général : il s’agissait d’une des mesures de campagne d’Emmanuel Macron dans une optique de simplification. Cela devrait prendre deux ans et concernera les professions paramédicales et médecins de secteur II.

Cela s’accompagne d’une baisse des cotisations sociales afin de contrecarrer la hausse de la CSG.

De plus, les créateurs et repreneurs d’entreprises bénéficieront à compter du 1er janvier 2019 d’une année blanche de cotisation sociale au titre de leur première année d’activité (sous condition de ressources).

👉 Du tiers payant généralisé au tiers payant généralisable : lancement des concertations

Le tiers payant, sujet épineux du précédent quinquennat va être remis à plat.

En effet, avant le 31 mars 2018, aux fins de rendre le tiers payant généralisable, le Gouvernement remet au Parlement un rapport sur le calendrier de mise en œuvre du tiers payant intégral et les prérequis techniques à cette mise en œuvre. Une concertation avec l’Assurance maladie, les organismes complémentaires, les syndicats de professionnels libéraux, les éditeurs de logiciels, l’union nationale des associations agréées d’usagers permettra également de fixer le calendrier d’un tiers payant généralisable mais aussi d’assurer des conditions techniques du dispositif.

👉 La télémédecine entre en phase d’expérimentation

Grande première, la nouvelle loi de financement sort la télémédecine du cadre expérimental et la place dans le droit commun, laissant ainsi débuter les premières négociations conventionnelles en janvier.

Des premières expérimentations organisationnelles, tarifaires et d’installation devraient prochainement être lancées grâce à un fond pour l’innovation doté d’un comité de surveillance et de représentants du ministère présents sur le terrain.

70 millions d’euros seront alloués pour la première année.

👉 Changement des rémunérations et des tarifications pour les hôpitaux

Dorénavant, le salaire maximal qu’un hôpital pourra verser à un intérimaire médecin, dentiste ou pharmacien pour une garde de 24 heures sera de 1 170,04€.

Cette réforme fait suite au rapport du député Olivier Véran qui avait alerté le gouvernement en 2013 sur les dérives inflationnistes du marché de l’emploi médical. Il dénonçait notamment des "médecins mercenaires" qui touchaient jusqu'à 3000 € pour un garde et qui refusaient systématiquement des postes de titulaires qui étaient bien moins lucratifs.

Le forfait hospitalier, qui n’avait pas bougé depuis 2010, passera quant à lui de 18 à 20€ par jour dès le 1er janvier (15€ en psychiatrie). Ce seront les complémentaires santé des patients qui en disposent qui prendront en charge cette dépense.

Plus généralement, de nouvelles expérimentations débuteront afin de revoir le financement des hôpitaux. Ils sont aujourd’hui payés à l’activité (tarification à l’activité, T2a) et pourraient passer demain à une rémunération au forfait prenant en compte le parcours du patient.

L’objectif selon la Ministre est d’améliorer leur performance interne et de mieux se coordonner avec la médecine de ville afin d’économiser près de 335 millions d’euros. En effet, toujours selon Madame Buzyn, 25% des actes pratiqués à l’hôpital seraient inutiles.

👉 Pour les médecins parisiens… Stationnement gratuit

La mairie de Paris a enfin lâché du lest sur le sujet du stationnement lors des visites à domicile et offre la gratuité totale pour les professionnels de santé pouvant justifier d'au moins 100 visites à domicile par an.

La mairie proposera également des tarifs très préférentiels pour les autres.

👉 Généralisation de la prise de RDV en ligne

Bon d’accord, il ne s’agit pas d’une loi à proprement parler, mais la généralisation de la prise de RDV en ligne va grandement améliorer le quotidien des professionnels de santé et celui de leurs patients.

Près de 50 000 praticiens ont déjà franchi le pas partout en France et ce chiffre devrait bondir encore en 2018.

Si vous hésitez encore, vous pouvez évaluer en 3 min le temps qu’une solution comme MonDocteur pourrait vous faire gagner :

🔎 Évaluer l'efficacité de mon cabinet

Voilà, nous espérons que cette liste, volontairement non exhaustive, vous aura permis d’y voir plus clair sur ce qui vous attend en 2018...